Discernement pour cadres dirigeants

 

Bien discerner, pour un cadre dirigeant, cela signifie :

 

Savoir bien s’entourer : discerner sur les autres

 

Connaître ses limites : discerner sur soi

 

Prendre les bonnes décisions au bon moment : discerner sur les situations

 

 

 

 

Affiner son discernement individuel

 

Un dirigeant est d'abord un manager qui sait s'entourer des personnalités adéquates, par où il fait preuve d'un discernement humain profond. Toutefois, la faculté de bien s'entourer serait vaine si elle ne se doublait pas d'une capacité à constituer ces individualités en une équipe, c'est-à-dire de les fédérer. Ainsi, outre la confiance des marchés et des investisseurs, c'est à susciter la confiance de ses collaborateurs qu'un dirigeant doit parvenir. C'est pourquoi nous proposons de travailler en un même temps sur la manière d'affiner la qualité du discernement individuel (ou humain) d'une part, et sur les conditions d'émergence de la confiance d'autre part.

 

 

Acquérir une juste connaissance de soi

Les cadres dirigeants pourraient croire superflu d'avoir à approfondir la connaissance qu'ils ont d'eux-mêmes, au prétexte qu'il s'agirait là d'un luxe qu'ils n'auraient guère le temps de s'offrir. Ils auraient tort de ne voir là qu'une question secondaire : des exemples récents de l'actualité économique française ont montré combien des managers à qui tout réussi, grisés par leur succès, peuvent en venir à perdre le sens de toute limite comme de toute mesure. Cela constitue une pente naturelle, à mesure que l'on gagne du pouvoir. C'est pourquoi, plus on s'élève dans la hiérarchie, plus il est besoin de bien se connaître pour se prémunir contre les tentations de démesure ("hybris"). Acquérir une juste conscience de ses limites constitue alors le garde-fou le plus sûr pour donner l'image d'un management exemplaire sachant garder prise avec la réalité.

 

 

 

Développer l’intelligence des situations

Au niveau de responsabilité qui est celui des cadres dirigeants, l'intelligence n'est rien : c'est l'intelligence des situations qu'il faut. Et cela veut dire avoir l'esprit de finesse, pour appliquer avec discernement son intelligence à une situation donnée, dans le temps où il le faut. Prendre les bonnes décisions au bon moment ("saisir le kaïros"), c'est faire preuve d'intelligence des situations. Développer celle-ci, c'est se donner les moyens de réagir avec pragmatisme à un grand nombre de situations. 

 

PHILΦS ne se contente donc pas de contribuer à développer l'esprit critique des équipes de direction en vue de renforcer la qualité de leur vision stratégique et l'indépendance de leur jugement face aux pressions qui s'exercent sur eux (entourage, concurrents, lobbies...). En favorisant une meilleure compréhension des conditions de la confiance et du discernement individuel, en développant l'intelligence des situations et la reconnaissance de nos limites, nous nous efforçons aussi de fournir aux cadres dirigeants les moyens concrets de remplir efficacement les responsabilités dont ils ont la charge.