Le conseil en discernement sert à : 
§  Affiner la qualité du discernement
§  Renforcer l’indépendance du jugement
§  Développer l’esprit critique
§  Mûrir plus vite   


Affiner la qualité du discernement 
Alors que l'esprit de géométrie semble régner dans les affaires, l'esprit de finesse, suivant la distinction de Pascal, n'en demeure pas moins le facteur-clé de succès de toute entreprise passée, présente et future. En effet, c'est la finesse du jugement, c'est-à-dire l'esprit de discernement et de sagesse, qui détermine le choix des hommes, la qualité des options stratégiques et l'appréciation des situations –économiques ou humaines. Pour affiner la qualité de ce discernement, nous pouvons : écouter les conseils tirés de l'expérience en ce domaine de nos prédécesseurs, apprendre à quoi être attentif et quelles techniques utiliser, comprendre comment se forme notre jugement et quelles influences -conscientes ou inconscientes- nous subissons.  

Renforcer l’indépendance du jugement 
On vante à juste titre les qualités d'indépendance : indépendance des administrateurs, indépendance des auditeurs, indépendance des analystes financiers.
L'indépendance du décideur, quant à elle, est soumise à rude épreuve : il subit des pressions dont l'objet est précisément de biaiser son jugement, d'altérer sa capacité à discerner. Le succès d'une entreprise n'en dépendant pas moins de la capacité de ses dirigeants à réfléchir sereinement, le plus indépendamment et rationnellement possible, il importe de ne cesser d'affermir l'indépendance de la décision.  

Développer l’esprit critique 
Or l'indépendance se cultive, et la pensée critique en est le moyen. Pour pouvoir adopter une stratégie vraiment différenciante, il faut s'en rendre capable en se donnant les moyens de penser différemment. L'esprit critique constitue un avantage concurrentiel
sûr dans la mesure où il est loin d'être la chose au monde la mieux partagée : spontanément, et fut-ce de la manière la plus intelligente, les esprits tendent à adopter les mêmes démarches, les mêmes techniques, les mêmes opinions, parce qu'ils partagent les même manières de penser. Nous pouvons développer notre capacité de différenciation en renforçant nos manières de penser.  

Le développement de ces trois points poursuit deux objectifs concourants :  
§  Réduire la marge d'erreur dans le recrutement et les décisions stratégiques, grâce à un discernement plus pertinent 
§  Optimiser la pertinence des décisions, en les rendant plus rationnelles et moins chargées d'affects   

Il s'agit d'aider les participants à repérer les fondements philosophiques, anthropologiques et éthiques de leur action pour leur assurer plus de cohérence dans leur prise de décisions économiques et managériales.
Pour y parvenir, ce sont autant des réflexions sur des cas pratiques que des mises en situation qui sont convoquées.